La photo animalière...

Publié le 03-07-2021

Quelques principes sur la photo animalière, avant des considérations purement techniques...

La patience :

Elle doit être la qualité première du photographe animalier, ainsi qu’une pratique régulière de ce type de photographie. Bien connaitre le terrain et le milieu où l’on pratique est indispensable pour saisir des photos intéressantes, et éviter des dérangements de la faune. La faune locale à côté de chez soi permet souvent de faire de très belle photo, sans rechercher la faune exotique.
N'hésitez pas à revisiter des lieux ou des spots de prises de vues, il s'y passe toujours quelque chose, le tout est d'être là au bon moment. Ce n'est pas parce que vous n'avez rien vu la fois précédente qu'il ne s'y passe rien ! Il y a indéniablement une part de chance dans la photo animalière, mais en consacrant suffisamment de temps à vos projets de prise de vue, vous augmenterez vos chances de réussite.

La lumière :

La lumière du petit matin ou de fin de jour permet d’avoir de superbe ambiance, d’autre part beaucoup d’animaux sont souvent très actif au lever du jour.

La Composition :

Les scènes sont souvent très rapides en photo animalière, les animaux sont souvent imprévisibles, et on en oublie un peu la composition de son image. Toutefois si l’on connait bien la faune et si l’on observe bien on peut anticiper le comportement d’un animal ou d’un oiseau.
En photographie animalière, on est souvent tenté d’utiliser de gros téléobjectifs pour se rapprocher de l’animal et cadrer serré, mais parfois une composition plus large permet de mettre en valeur le milieu dans lequel évolue l’animal.

La Vitesse :

Le choix de la vitesse est primordial en photographie animalière ; une vitesse élevée est souvent nécessaire pour éviter les floues de bougés en particulier avec les gros téléobjectifs, bien que les stabilisateurs nous aient apportés un certain confort à ce niveau.
Toutefois une vitesse plus lente est parfois préférable afin de rendre une photo plus dynamique (telle que le flou des ailes d’un oiseau en vol).

Mise au point :

Si vous en avez le temps, effectuer toujours la mise au point sur les yeux. (Les derniers systèmes autofocus savent faire cela, pour ce qui on la chance d’avoir ce genre de matériel). Les yeux sont toujours l’expression de la vie pour tout être vivant.

Discrétion :

Quelques points qui semblent évident, mais un petit rappel est toujours utile :

  • Éviter le bruit, La plupart des animaux sont craintifs, ont une ouïe très fine, et une excellente vue.
  • Les gestes brusques.
  • Les vêtements aux couleurs trop voyantes suivant le milieu. Le rayon chasse de certains magasins permet de trouver des tenues adéquates (camouflage suivant le milieu pratiqué) et confortables le cas échéant.

Le coté parfois imprévisible des animaux fait partie de l'intérêt que représente pour moi la photo animalière.

Quelques considérations techniques pour pratiquer la photo animalière...

Beaucoup de photographes qui débutent dans cette discipline se posent la question sur l'équipement photographique nécessaire pour pratiquer cette discipline.
Il y a lieu dans un premier temps de vous poser plusieurs questions :

  • Quel type de faune envisager vous de photographier (oiseaux, petite faune, gros mammifères...).
  • Quel milieu allez-vous pratiquer (milieu marin, milieu humide neige pluie). Envisagez-vous d'utiliser un affût flottant.
  • Quel budget voulez-vous consacré à votre passion.

Les gros téléobjectif style 500mm f/4, 400mm f/2,8 font toujours rêver les photographes amateurs. Toutefois ceux-ci présentent certes des avantages mais également des inconvénients :

Avantages :
  • Optique de très haute qualité optique et mécanique (tropicalisation).
  • Optique très lumineuse évitant de trop montée en Iso dans des conditions de lumière difficile.
  • Très beau flou d'arrière-plan (bokeh) dû à la grande ouverture de ces optiques.

Inconvénients :
  • En premier lieu un budget très conséquent (plus de 10 000€ neuf...)
  • Un poids (plus de 3kg pour un 500mm f/4), qui peut-être un handicap sur le terrain. Ce type de téléobjectif est difficilement utilisable à main levé, et rend donc nécessaire l'usage d'un pied, ou à minima celui d'un monopode.

Si vous débutez, Si le poids du matériel vous rebute, Si votre budget est limité, quel choix ?

  • utilisé un boitier à capteur APS-C, capteur plus petit que le format 24x36 (16x24 chez Nikon - 15x22 chez Canon) qui permet d'avoir un coefficient 1,5 chez Nikon, et un coefficient 1,6 chez Canon, votre 300mm devient ainsi un 450mm ou 480mm sans perte de luminosité. (l'ouverture de l'optique reste identique).
  • Utiliser un objectif type 300mm f/4 (tel que le Nikon AF-S NIKKOR 300 mm f/4E PF ED VR que j'utilise) cette optique pèse moins de 800gr. Son prix en neuf est au environ de 1800€.
  • Utiliser un zoom style Canon EF 100-400 mm f/4.5-5.6 L IS II USM, environ 2200€ ou Nikon AF-S 200-500/5.6 E ED VR, environ 1400€.
  • Utiliser un convertisseur style TC14EII chez Nikon, environ 520€, qui vous permet d'avoir une coefficient 1,4 (votre 300mm devient un 420 mm, toutefois au détriment de la luminosité car vous perdrez une ouverture) à réserver à des optique assez lumineuse f4 minimum de préférence; sur une optique ouvrant à f/5,6 l'ouverture devient f/8, et cela va se répercuter sur le fonctionnement de l'autofocus, la qualité des flou d'arrière-plan, et la montée en Iso....
    Personnellement je déconseille l'utilisation d'un convertisseur doubleur type TC20EIII, sauf si vous avez la chance de posséder un téléobjectif ouvrant à f/2,8 en effet ce type de convertisseur vous fait perdre 2 ouvertures.
  • Combiner un boitier à capteur APS-C avec un convertisseur au coef.1,4. Dans ce cas, votre 300mm f/4 devient un 630mm f/5,6 chez Nikon. J'utilise parfois cette option qui me permet d'avoir un matériel très léger.
Quelques exemples en photos :
  • Tadorne de Belon : l'intérêt de ces photos est lié en grande partie au condition météo.
  • Ibis Falcinelle : ici c'est le comportement des oiseaux qui apporte de la dynamique à ces images.
  • Martin pêcheur : ici le téléobjectif de 500mm m'a permis d'isoler l'oiseau sur son poste de pêche.

Tadorne de Belon en vol sous la pluie en Camargue. J'étais dans un observatoire, un peu désabusé par les conditions météo, quand j'ai aperçu ce Tadorne de Belon en vol...J'aime bien l'atmosphère que dégage cette photo, bien qu'elle ne soit pas parfaite (le Tadorne est un peu trop avancé sur la partie gauche de l'image).

Tadorne de Belon
icone appareilNikon D500 icone objectifNikkor 300mm f/4 PF-AFS-VR + Tc14EIII icone sensibilité1100 icone ouverturef/5,6 icone vitesse1/1250ème

Tadorne de Belon sur un marais en Camargue...
J'ai profité d'une belle lumière matinale, et de l'absence totale de vent (chose rare en Camargue) pour réaliser cette photo avec ce bel effet miroir.

Tadorne de Belon
icone appareilNikon D500 icone objectifNikkor 500mm f/4 icone sensibilité400 icone ouverturef/8 icone vitesse1/1250ème

Tadorne de Belon
icone appareilNikon D500 icone objectifNikkor 500mm f/4 icone sensibilité400 icone ouverturef/9 icone vitesse1/1250ème

A certaines périodes de l'année, en particulier au printemps au moment de la nidification chez les oiseaux, on peut parfois saisir des scènes très dynamique, tel ces deux Ibis falcinelle en pleine querelle...

Ibis falcinelle
icone appareilNikon D500 icone objectifNikkor 500mm f/4 icone sensibilité125 icone ouverturef/4 icone vitesse1/2000ème

Ibis falcinelle
icone appareilNikon D500 icone objectifNikkor 500mm f/4 icone sensibilité125 icone ouverturef/4 icone vitesse1/2000ème

Martin pêcheur - Camargue - Sur cette photo le télé de 500mm sur un capteur plein format m'a permis d'estompé le fond, et de mettre le Martin pêcheur (Martine en l'occurrence) en valeur sur son poste de pêche.

Martin pêcheur
icone appareilNikon D4 icone objectifNikkor 500mm f/4 icone sensibilité800 icone ouverturef/6,3 icone vitesse1/1250ème

Citation du moment...

L'homme déboula sur la Terre,

  • zigouilla les bêtes,
  • fissionna l'atome,
  • traficota le gène,
  • modifia les organismes,
  • acidifia les sols,
  • plastifia les mers,
  • et barbouilla l'atmosphère.

Tout cela en si peu de temps : quel talent !
Puis il nomma "nuisibles" ceux qui ne participaient pas à l'entreprise.
Citation de Sylvain Tesson