Chaos granitiques du Mont Lozère...

  • En savoir plus...Open or Close

    Chaos granitiques du Mont Lozère

    En géomorphologie (étude scientifique des reliefs et des processus qui les façonnent, sur les planètes telluriques), un chaos de blocs ou de boules désigne un modelé de déchaussement de blocs ou de rochers dégagés par l'érosion. Ces formes font partie des produits de la météorisation (altération des roches par exposition aux agents atmosphériques), comme les tors, les arènes et à une échelle supérieure les inselbergs.
    Pour comprendre l'altération du granite, il est nécessaire de connaitre sa structure. Celui-ci est une roche magmatique à structure grenue, entièrement cristallisée et dont les cristaux sont bien visibles à l’oeil nu. Le mot « granite » vient d’ailleurs du latin granum, grain.
    Les minéraux en grains qui composent le granite sont de plusieurs natures :

    • du quartz principalement, c’est de la silice pure.
    • des micas : ce sont des minéraux feuilletés. On a essentiellement du mica noir, mais aussi du mica blanc. Le mica blanc est surtout riche en aluminium et en potassium alors que le mica noir est surtout riche en magnésium, en potassium et en fer.
    • des feldspaths : feldspaths potassiques et feldspaths plagioclases.
    • un certain nombre d’autres minéraux peuvent aussi se rencontrer dans le granite (hornblende, grenats, magnétite, apatite, zircon).

    Les chaos granitiques évoluent à la faveur de la cristallisation et du refroidissement en profondeur d'une intrusion granitique, créant un réseau de failles de retrait majoritairement orthogonales en profondeur : ces diaclases (épisode au cours duquel une roche se fend sans que les parties disjointes s'éloignent l'une de l'autre à ne pas confondre avec la faille.) débitent alors le granite intrusif en blocs parallélépipédiques. Lorsque l'érosion des roches avoisinantes plus tendres fait affleurer le pluton granitique, les eaux de surface érodent ce massif granitique.
    L'érosion en profondeur hydrolyse les feldspaths en argiles, ce qui désagrège le granite en arène granitique, l'érosion en surface par l'eau qui s'infiltre dans des crevasses plus ou moins larges finit par faire éclater la roche. Cette phase est suivie de la gélifraction quaternaire.
    La gélifraction, ou cryoclastie, est la résultante des phases de gel et de dégel successives qui s'exercent sur des éléments situés à l'intérieur du sol ou au sein d'une roche en place. Ceci conduit à dégager des blocs parallélépipédiques de granite qui continuent à s'éroder. Il en résulte des pierres de toutes tailles, des boules de pierres (formation de tors) qui finissent par s'amasser les unes aux autres dans des équilibres parfois précaires ou se désolidariser complètement et s'accumuler pour former un chaos granitique en « château fort » tandis que le glissement des blocs sur les versants forment les « chaos de pente ».